Coulibalymariana’s Blog

Just another WordPress.com weblog

Drogue : l’ennemi à éviter!

Beaucoup de gens trouvent du réconfort dans la drogue, il se piquent, boivent, fument, sniffent, et n’arrivent plus a s’en séparer : c’est le cercle vicieux. Témoignage d’une jeune femme tombée dans la drogue.

On l’appellera Jessica, elle n’a pas voulu qu’on cite son vrai nom. Cette jeune femme algéro-ivoirienne de 20 ans, brune et bouclée est devenu dépendante de la drogue à l’âge de 15 ans. Depuis plusieurs années, dans son foyer c’était la catastrophe : son beau-père, qu’elle surnomme « la pourriture », battait sa mère. Du coup, pour s’évader, elle avait de mauvaises fréquentations. Elle voulait se consoler avec quelque chose qui lui fasse oublier ses soucis : ce sera la drogue.
Au début , la drogue lui faisait un effet génial. Elle a beaucoup apprécié le shit la première fois que des amis lui ont fait essayer, elle pensait moins à ses soucis : « le lendemain, je voulais encore fumer » raconte la jeune femme. La deuxième fois, Jessica n’a pas du tout apprécié le goût, elle a même vomi… et pourtant ça ne l’a pas empêchée de devenir dépendante ; aujourd’hui fume plus d’une vingtaine de joints par jours. Elle a beau savoir que c’est beaucoup, elle n’est pas vraiment consciente des conséquences. De toute façon, quand Jessica est devenu dépendante, elle ne pouvait pas rester un jour sans fumer. Elle se débrouillait pour trouver ce qu’il lui fallait avec des copains qui avaient toujours de la drogue, vu qu’ils en vendaient.
En plus, à la base, c’est une fille très nerveuse, il n’y a que la drogue qui apaise son esprit : « si je n’avais pas ça, je péterais un câble » dit-elle. La drogue la rendait « stone », zen, posée dans sa tête. Cette jeune femme toujours pressée dit même que la drogue la rend plus active.
Pratiquement tout son entourage fume de la drogue : « les personnes que je connais aiment trop délirer et faire des conneries, plus il y a du danger, plus ça les excite, et moi j’étais comme eux ». Mais en fait, Jessica est assez isolée : « J’avais pas d’amies, que des connaissances, j’avais confiance en personne, j’étais plutôt solitaire ».
A 19 ans Jessica part en prison pour 10 mois pour vol, agression et complicité de braquage. La situation s’est aggravée, elle est tombée dans la cocaïne : « C’est une drogue très forte, c’est dur de s’en séparer ».
Aujourd’hui Jessica regrette d’être tombée dans la drogue elle dit que ça a détruit sa vie, elle est persuadée que si elle n’avait pas touché à la drogue, sa vie serait meilleure. Aujourd’hui, Jessica a diminué sa consommation, mais elle fume toujours. Elle a peur chaque jour que la police la trouve avec un zedou ( 30 gramme de cannabis).

Sa famille lui demande tout le temps d’arrêter de fumer. Avant Jessica n’écoutait pas. Mais aujourd’hui la jeune femme a eu une petite fille qui a aujourd’hui 8 mois. Grâce à son bébé, Jessica suit une thérapie et elle veut prendre sa vie en charge .

Publicités

mars 26, 2009 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire

le cinéma fête ses dix printemps

ceci est un immeuble

ceci est un immeuble

A partir d’aujourd’hui et jusqu’à mardi soir, la séance est à 3,50 € dans la plupart des salles. Ce Printemps du cinéma devrait être dopé par « Coco », la comédie de Gad Elmaleh

Lire la suite

mars 23, 2009 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire

le cinéma fête ses dix printemps

Le cinéma fête ses dix Printemps A partir d’aujourd’hui et jusqu’à mardi soir, la séance est à 3,50 € dans la plupart des salles. Ce Printemps du cinéma devrait être dopé par « Coco », la comédie de Gad Elmaleh Le cinéma ne connaît pas encore la crise. Selon les chiffres du Centre national du cinéma, les salles françaises ont enregistré 34 millions d’entrées lors des deux premiers mois de 2009 (+ 0,2 % par rapport à l’an dernier), avec un net infléchissement (- 3,7 %) en février. Le fruit d’une programmation attractive : des films comme « LOL », « Le code a changé », « Gran Torino », « Benjamin Button » et « Slumdog Millionnaire » ont dopé le marché. Les grandes villes résistent mieux que les agglomérations moyennes, tempère Jean Labé, président de la Fédération nationale des cinémas français. Les petits exploitants nous signalent une baisse très significative. » Le représentant des exploitants redoute un mois de mars plus difficile faute d’une énorme locomotive comme « Bienvenue chez les Ch’tis ». « Il nous manque encore le grand film populaire type Astérix aux JO pour remplir les salles en province », poursuit Jean Labé. Ce contexte fragile justifie plus que jamais l’existence du Printemps du cinéma, dont la dixième édition débute aujourd’hui pour trois jours. L’année dernière, elle avait drainé 3,5 millions de spectateurs dans les salles. Record à battre ! La séance à 3,50 € Le principe de l’opération est désormais rodé. A partir d’aujourd’hui et jusqu’à mardi soir, dans la plupart des salles de l’Hexagone, la séance est au tarif unique de 3,50 € pour tous les films (récemment sortis ou plus anciens) encore à l’affiche. C’est l’occasion ou jamais d’une séance de rattrapage. Un conseil : préparez votre programmation à l’avance en fonction des horaires, et n’hésitez pas à réserver. La locomotive « Coco ». Les espoirs des exploitants reposent en partie sur l’excellent démarrage mercredi dernier de la comédie de Gad Elmaleh, « Coco » (425 000 entrées en deux jours d’exploitation), pour drainer les familles dans les salles obscures, malgré des prévisions météo printanières. Une stratégie gagnant-gagnant, le film de Gad Elmaleh n’ayant pas été programmé à cette date par hasard par ses distributeurs. Un joli casting d’ambassadeurs. Cette année, Gad Elmaleh, Marilou Berry, Emma de Caunes, Emilie Dequenne, Lou Doillon, Aïssa Maiga, Mylène Jampanoï, Adrien Jolivet ont accepté d’être les ambassadeurs du Printemps du cinéma. Avis aux chasseurs d’autographes : ils passeront en début d’après-midi à l’UGC Cité Ciné de Bercy, à Paris.

mars 23, 2009 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire